Les semences de la terre - Une richesse publique ou privee?

La situation des semences

Les anciens centres de diversite des cultures disparaissent dans le tiers-monde... quelle est l'ampleur du probleme? Que fait-on? Cette situation affecte-t-elle les approvisionnements alimentaires de la planete? Qu'est-ce que cela signifie pour les nations industrialisees "pauvres en genes"?

 

Avant-propos

Suite a la quatrieme session de la Conference des Nations-Unies sur le commerce et le developpement (Nairobi, 1976) ou predominerent les questions relatives aux denrees agricoles, la Coordination pour des actions de developpement (ICDA) convoqua, en novembre 1977, un symposium on furentinvitesdesspecialistesdessciencesde1'alimentation.Cesymposiumeut lieu au Canada, dans la vallee de la Qu'Appelle, pres de Regina, en Saskat- chewan.Delonguesdiscussionspermirentdecernercertainesquestionsrela- tives a 1'alimentation qui meritaient d'Etre etudiees a 1'echelle internationale. Le probleme des `semences' etait une des priorites;on s'inquietait d'une dispa- rition rapide de la base genetique des ressources alimentaires de la planete et de la possibilite d'une mainmise de 1'agrobusiness sur ce secteur fondamental du systeme alimentaire, grace a des lois restrictives.

En d6cembre 1977, 1'ICDA forma un groupe de travail charge d'etudier la question des `semences'.I1comprenait Cary Fowler, de Chapel Hill, North Carolina,aux Etats-Unis,quifutlepremierasouleverleproblemeetquiavait en outredejaaccompli un importanttravailpreparatoire;Jean-PierreBerlan de Paris, France, qui avait participe a la reunion de Qu'Appelle et avait fourni desrenseignementsconsiderablessurlasituationenEurope;Dan McCurryde Chicago, aux Etats-Unis, un autre participant a la reunion de Qu'Appelle qui jouit de nombreuses relations avec les groupes de fermiers americains;et Pat Mooney qui, a titrede membre du comite de coordination de 1'ICDA, avait organise la reunion de Qu'Appelle et etait specialement charge, au sein du reseau de 1'ICDA, de surveiller les entreprises multinationales.

Les premieres recherches permirent de constater que 1'Australie, 1'IrlandeetleCanadas'appretaientadeposerdesprojetsdeloisrestrictivessur les varietes (droits d'obtentions vegetales) et que les Etats-Unis souhaitaient accroitre la portee de leur loi.

L'attention se porta sur le Canada oiu croyait-on ,le Parlement s'ap- pretait a debattre la question.En mars 1978, leSaskatchewan Council for International Cooperation, qui regroupe une trentaine d'organismes bene- voles de cette province, presenta un memoire intitule Food for People au cabinet de la province:ce memoire s'inscrivait fortement contre le projet de loi.Aucoursde1'annee1978,leSCICtravaillaetroitementaveclegroupe international de 1'ICDA afin de prendre position sur les droits d'obtentions vegetales.Le SCIC publia a l'automne, avec 1'etroitecollaboration de 1'ICDA, un rapport preliminaire intitule Genetic Resources and Plant Breeders'

Rights :ce rapport connut une large diffusion et provoqua de vifs debats tant

en Europe qu'au Canada .

Fichier attachéTaille
PDF icon Les semences de la terre_fr0 octet

Please consider supporting ETC's unique research and advocacy with a tax-deductibe donation. Donate here