Ne touchez pas à notre Terre mère!

Arrêtons la géoingénierie : notre planète n’est pas un laboratoire

Les sociétés industrielles ont donné lieu à des crises écologiques sans précédent : changements climatiques, épuisement des réserves d’eau potable, accumulation de toxines, effondrement des écosystèmes et accélération de l’extinction des espèces. La transgression des limites naturelles dans le but de réaliser des profits a compromis l’intégrité et la survie de notre Terre. Cette façon de vivre sur Terre est devenue insoutenable. Le bon sens nous dicte de passer à l’action afin de bâtir, au plus vite, une civilisation plus juste ayant une empreinte moins profonde sur la planète.

Une mauvaise idée dans l’air du temps

 

Mais le bon sens a de la concurrence. Un groupe de scientifiques, de sociétés industrielles et d’instituts de recherche de plus en plus influents, appuyés par certains des gouvernements qui ont la dette climatique la plus élevée, proposent une avenue différente pour se sortir de cette crise: un plan B. Ainsi, au lieu de modifier les habitudes de production et de consommation nuisibles, ils proposent d’effectuer une réingénierie massive de notre planète pour qu’elle soit en mesure de résister aux ravages que lui infligent les sociétés industrielles. Leurs propositions visant à “réparer” les dommages engendrés par le réchauffement climatique vont d’une modification de l’équilibre chimique des océans à une pollution de la haute atmosphère en y vaporisant des particules de sulfure.

Fichier attachéTaille
PDF icon HOMEBriefingFrsm.pdf228.25 Ko

Please consider supporting ETC's unique research and advocacy with a tax-deductibe donation. Donate here