Patents & Biopiracy

Biopiracy, a term originally coined by ETC Group, refers to the appropriation of the knowledge and genetic resources of farming and indigenous communities by individuals or institutions that seek exclusive monopoly control (patents or intellectual property) over these resources and knowledge. ETC Group believes that intellectual property is predatory on the rights and knowledge of farming communities and indigenous peoples. Through nanotechnology- and synthetic biology-related patents, intellectual property claims are now being extended to elements of the periodic table and to key metabolic pathways involved in cellular functioning (and resulting in natural products with high commercial value).

Featured Content

Problèmes, obsessions et occasions : une préface

La galerie contient toutes caricatures de RAFI et ETC Group.

Le droit d'auteur: Reymond Pagé ou Stig. Pour en savoir plus, lisez notre page Crédits.

VOLER CES CARICTURES! Merci de ne pas les modifier et de mentionner la source et l'auteur.

Cliquez sur une miniature pour afficher la version complet.

Promue comme un panier de technologies visant à lutter contre les dérèglements climatiques par quelques scientifiques et investisseurs, la géo-ingénierie gagne ses galons de respectabilité tout en étant expérimentée de façon illicite. Pour un état des lieux aussi complet que possible, Alter-Echos(www.alter-echos.org) vous propose une interview de Joëlle Deschambault, qui travaille pour ETC Group.

L’industrie de la biologie synthétique, qui procède à des manipulations génétiques extrêmes, se distancie rapidement de ses prétentions initiales de nous mener vers un avenir propre, respectueux de l’environnement et sans pétrole. Nombre de cadres et d’entreprises en démarrage du domaine de la biologie synthétique tentent plutôt de s’allier avec des entreprises qui ont des intérêts dans la fracturation hydraulique, le schiste bitumineux et le gaz de schiste.